competition entry for a primary school

september 2019 - Neirivue, Switzerland





LES TRÉTEAUX


Il faut imaginer la simplicité et l’efficacité des tréteaux. Ces supports en bois entre lesquels s’installe l’élève ou le travailleur. Ces diagonales rustiques, aussi, qui animaient les façades d’une ferme d’époque, témoin sincère d’un savoir-faire ancestral qui relie le bois et l’humain. Il faut maintenant voir les tréteaux en trait d’union de ce bâtiment scolaire, à la fois lieu d’apprentissage tourné vers l’avenir et construction en bois inscrite dans un patrimoine villageois riche.





                                             

                                









Un bâtiment comme place du village
Le périmètre de concours pour l’école de Neirivue se trouve en limite du village. A cet endroit, la présence de l’église est l’élément marquant et agit comme élément distinctif pour tout le village. La salle de gymnastique et le restaurant du Lion d’Or complètent cet ensemble de bâtiments publics et constituent le décor idéal d’une vie publique villageoise active. Les vues privilégiées sur l’église imprègnent les lieux, mais c’est inévitablement les panoramas de tous côtés sur les montagnes et la verte Gruyère qui en font la principale richesse.
Symboliquement la future école se doit de se servir de ces qualités contextuelles. Le parti a donc été pris de projeter toute l’école sur un seul étage, minimisant l’impact visuel du bâtiment vis-à-vis de son contexte. Plutôt que de boucher l’espace, le nouveau bâtiment propose d’en créer en offrant sa toiture en belvédère. Cette surface, identique à la parcelle sur laquelle s’inscrit le projet, joue le double rôle de cour d’école et de place de village et de se défaire de la relative exiguïté de la parcelle.
Un nouvel accès depuis le village doit être crée, permettant à tous les types de mobilité de cheminer naturellement du passage sous-voie à la nouvelle place du village. Cette transition est amenée en douceur par un escalier « paysager » ainsi qu’une rampe adaptée aux mobilités douces. Cet escalier traverse un verger de maraude où des fruitiers en moyenne-tige animent le lieu au fil des saisons. Le parc à vélos et le soutènement de l’Eglise sont tout deux végétalisés par des plantes grimpantes persistantes participant à leur intégration visuelle à proximité du verger. Cet aménagement reprend l’ambiance villageoise traditionnelle, entre pavés de pierre et verger sur prairie fleurie.
L’accès routier et les places de parc sont réalisés en enrobé perméable et disposés selon le programme à l’est et l’ouest de l’école. Le parking principal de l’école et la dépose bus scolaire est lui organisés autour d’un îlot central sur lequel se dresse un arbre majeur (Noyer). Cet arbre d’un côté et la tour de bois de l’autre marquent les entrées du bâtiments.













Un aspect en deux tons.
De loin, et depuis les champs, le bâtiment semble être un grand verger qui sort de terre. Sa volumétrie et son étendue s’adressent à l’échelle des prés tandis que son accès côté village invite les utilisateurs sur sa toiture par des interventions plus modestes, entre escaliers et pergolas. Un rapport plus humain. L’implantation de la nouvelle école profite de la topologie du terrain et s’inscrit au point le plus bas pour minimiser son impact visuel.
Le bâtiment se résume à un vaste socle et une couronne. Tous deux faits de bois de la manière la plus simple, mais avec un degré approfondi de détails pour les joints et la menuiserie. Menuiserie extérieure qui est faite de bois et de metal. L’aspect inhérent du metal laissé sans fard célébrant lui aussi le caractère sincère des matériaux laissés brut. La structure de poteaux sur le toits toit ainsi que celle des pergolas se veut distinctive et autonome. Les poteaux de la toiture ont un aspect également fonctionnel : ils portent d’une part de grands et fins avant-toits, et d’autre part de grands voiles de sécurité tout autour de la place. Cette fine peau donne le ton à l’utilisation du bâtiment. Celle-ci abaissée indique que l’activité scolaire bas son plein, alors qu’une fois relevée, elle indique que l’aire de jeu à certainement laissé place à l’activité villageoise. Un aspect rythmé tout au long de la semaine.



       



















Des surfaces libres
L’intérieur de l’école se veut tout aussi sobre que l’aspect extérieur. Il donne ainsi l’opportunité aux élèves et utilisateurs de s’approprier l’espace au gré de leurs propres envies. Les salles de classes sont elles aussi adaptables selon les besoins et les envies. La grille interne du plan et la structure modulaire proposent une grande flexibilité. Ainsi, deux salles d’ACT ou deux salles de classe individuelles peuvent n’en devenir qu’une pour palier à des besoins éducatifs ou de nouvelles exigences futures.
Un large couloir central bénéficie de la lumière naturelle d’une cour intérieure et distribue les différentes salles du programme. Au sud sont disposées les classes primaires, alors que les classes enfantines au nord avec leur entrée indépendante peuvent profiter de la cour intérieure en tant qu’espace de jeu.
Afin de pouvoir profiter des vergers présents du côtés sud de la parcelle, des accès vers l’extérieur sont crées dans chaque classe.  L’espace ombragé sous l’avant-toit devient alors une extension de l’espace scolaire.









































De la surface supplémentaire
La cour sur toiture se veut comme un plateau, une limite rectangulaire à l’intérieure de laquelle la liberté est possible. Suivant la même logique que la polyvalence du plan de l’école, cette surface se veut flexible.  Elle s’équipe de longues pergolas centrales et peut autant servir d’air de jeu pour le sport que de surface en plein air disponible pour l’education scolaire. Sorti du cadre scolaire, la toiture officie en tant que place pour toutes les activités communales ou villageoise.







                    
scenario espace scolaire / voile descendu

scenario activité villageoise / voile monté










Structure et construction bois
La totalité de la nouvelle école de Neirivue est pensée en bois. La structure primaire, en épicéa lamellé-collé, agit en construction poteaux-poutre et permet la disposition libre des cloisons intérieure et des façades vitrées. Les poteaux (35x50cm) le long des façades ainsi qu’intégrés dans les murs du couloir principal reprennent les forces verticales de la dalle bois, aidées des pannes (30x70cm) et contreventés par la dalle bois lamellé-collé. Ce principe de construction se base sur un quadrillage de 9x9m, qui correspond à une unité de classe primaire et permet une libre modularité des classes sans intervention constructive.  Les qualités statiques d’une telle construction permettent, d’une part, l’accessibilité de la toiture pour diverses utilisations, et d’autre part pourra servir de base pour une future extension de l’école.
L’ensemble des murs peuvent être exécutés en tant qu’éléments préfabriqués et montés économiquement sur place. Les revêtements tant extérieurs qu’extérieurs qu’intérieurs reflètent eux aussi le caractère modulaire des éléments préfabriqués . Ils sont exécutés en grands panneaux multiplis (120cm) avec joints d’ombre marqués. Seul l’essence du bois change. Le douglas extérieur devient un bouleau plus travaillé et agréable au toucher. Ce bâtiment de bois est tenu à distance de l’humidité du sol grâce à un socle de béton apparent.
Les grands avant-toit en constructions légères sont suspendus par des câbles à tension reliés aux poteaux de la toitures et protègent du soleil et de la chaleur dans les classes sans pour autant obstruer l’espace qu’ils abritent. Les 150 m2 du pan sud sont eux entièrement recouverts de panneaux photovoltaïques et participent aux demandes en énergie de l’école. La construction souhaite ainsi s’inscrire dans le cadre du label Minergie P.






















copyright© - charlyjolliet. all right reserved